mercredi , 22 mai 2019

Interview de Gareth Davies, co-fondateur de AdBrain

Adbrain est une jeune start-up qui propose un DSP multi-screen et qui vient tout juste de lever $7,5M auprès d’Octopus Investments et Notion Capital. Le multi écran est un des sujets phares de l’année 2014, faire du mobile c’est bien, réconcilier son plan média et sa stratégie web et mobile, c’est encore mieux. Les challenges techniques sont nombreux et beaucoup d’acteurs travaille sur le sujet. Adbrain fait partie des acteurs qui ont développé leur technologie en pensant multi-screen from day one, comme on dit. Rencontre avec son CEO, ex-Google et SOMO (agence mobile anglaise), Gareth Davies.

Adbrain_Logotype

1/ Pouvez-vous présenter Adbrain que vous avez co-fondé ?

gareth davies adbrainAdbrain est une société technologique spécialisée en ciblage, identification et analyse d’audiences mobile et multi-écrans en temps réel. Notre mission est simple: donner aux annonceurs les outils technologiques dont ils ont besoin pour relever le challenge de la publicité multi-écran et ainsi délivrer des campagnes plus impactantes, quel que soit le media. Les consommateurs partagent leur temps media entre 3, 4 voire 5 écrans quotidiennement… ce qui pose des challenges d’identification et d’attribution évidents. Notre technologie fondée sur les dernières techniques en deep learning donne les clefs pour comprendre non pas les plateformes ou les canaux, mais bien les audiences de manière unifiée.

Nous venons de lancer notre Beta privée et travaillons à la fois avec les leaders de la publicité mobile qui veulent développer leur intelligence programmatique et avec les leaders du programmatique qui investissent a présent dans leurs compétences mobile et multi-ecran.

2/ A qui s’adressent vos produits, le self-service et le managed service, et quel sont leur business model respectif ?

Notre plateforme d’achat media et d’activation de données multi-screen s’adresse à la fois aux agences mobiles et desktop qui investissent dans le real time bidding ainsi qu’aux trading desks qui mettent le cap sur le mobile. Nous offrons une solution self-service, complètement transparente et appliquons un pourcentage de l’achat media. Jamais d’arbitrage !

3/ Le multi-screen comporte des challenges techniques complexes. Vous avez développé un outil d’identification et d’attribution probabilistique, pouvez-vous nous en dire plus ?

On le sait bien : le cookie ne fonctionne pas dans le monde mobile et multi-ecran. C’est une technologie en déclin, vouée a disparaître à l’heure ou le consommateur passe en moyenne 80% de son temps mobile dans des applications (ou le cookie est absent). Chez Adbrain, nous avons développé une technologie d’identification de l’utilisateur unique sur mobile. Nous utilisons toutes les données passées dans la requête publicitaire, au moment d’une impression, d’un click et d’une conversion. Qu’il s’agisse d’un identifiant unique tel qu’IDFA ou Android ID, la geolocalisation ou les données de l’appareil, nous analysons cette data et l’enrichissons avec notre propre intelligence (donnees demographiques, comportementales etc) pour créer des profiles d’audience, identifies par une Adbrain ID. Dans un premier temps, il s’agit de construire des « single screen profiles » : savoir si l’utilisateur qui surfe sur un site de news sur son smartphone le matin est aussi celui qui joue a Candy Crush dans une application le soir venu. Ainsi, nous réconcilions différentes plateformes, mobile web et app, jusque la exclusives en termes d’identification d’audience. Cette méthode est probabiliste, et non déterministe, ce qui nous permet de respecter l’anonymat des consommateurs. Dans un second temps, nous rapprochons plusieurs profiles d’appareil et établissons la probabilité que plusieurs appareils appartiennent au même utilisateur. Nos clients peuvent importer leurs propres données à tout moment pour enrichir ces profils et transformer le ciblage, l’optimisation et la performance de leurs campagnes.

4/ En plus des données présentes dans les bid requests que vous transmettent les SSP, quels sont vos autres sources de données que votre outil d’identification utilise ?

Notre mantra, c’est de faire parler la data. Quelle soit first-party (éditeur, annonceur), second (profiles audiences d’Adbrain) ou third (bases de données tierces), il s’agit de l’activer, l’ordonner et lui donner sens de manière efficace, transparente et innovante. Tant d’annonceurs disposent de mines d’or de données, CRM par exemple ; mais manquent d’outils pour l’extraire et la mettre à profit. Nous n’avons pas encore annoncé nos partenaires mais notre but est d’intégrer avec toutes les sources de données tierces : démographiques, géo, opérateurs mobiles, TV etc.

5/ Quels sont vos les partenaires data compatibles avec votre plateforme que les agences pourront utiliser ?

Tout l’écosystème. En tant qu’annonceur, vous devez pouvoir combiner et activer vos données, quelle que soit leur provenance.

6/ En quoi votre solution est-elle différente de vos principaux concurrents DSP multi-screen mobile first (Tapad, Drawbridge, TapValue…)?

Ces acteurs ont développé des outils de ciblage intéressants, mais sont bien souvent perçus comme peu transparentes, puisqu’ils n’offrent pas de plateforme, ni d’outils d’activation et de customisation de données. Nous offrons une vraie solution self-service, transparente et entièrement ouverte.  En analysant et activant des milliards de données mobiles en temps réel, le cerveau d’Adbrain permet aux annonceurs de sortir du labyrinthe cross-channel et de délivrer uniquement les publicités qui ont un réel impact.

7/ Le marché mobile Anglais est bien plus mature qu’en France, pour quelles raisons selon vous ?

Au Royaume Uni, le mobile représente 14,1% du marché digital (IAB, 2014) En France même si la dépense publicitaire sur mobile a atteint 229 millions d’euros en 2013 (+55% en un an), le pays affiche toujours un certain retard, vu que le mobile c’est 8% des dépenses digitales. (PwC/SRI, 2014) Pourquoi ? Peut-être à cause du fait qu’ici en Grande Bretagne, nous avons de nombreuses agences spécialisées dans le mobile : Somo, Fetch, M&C Saatchi.

Cependant, selon Magna Global, la France est l’un des marchés ou l’achat programmatique deviendra le plus proéminent dans les trois prochaines années, avec un taux de pénétration projeté a 56%, juste derrière le Royaume Uni (59%) et les Pays bas (60%).  Ce n’est qu’une question de temps avant que mobile et programmatique se développent de concert !

8/ Quels sont vos projets pour 2014, levée de fonds, embauche, ouverture de pays ?

Nous venons de lever 7.5 millions de dollars ; toute notre attention est donc tournée sur notre produit multi-ecran et l’expansion en Europe et à l’international. Nous allons aussi continuer de recruter les meilleurs ingénieurs en big data et intelligence artificielle pour accélérer nos efforts en R&D et soutenir notre croissance.

ndlr : Adbrain a annoncé le 24 Mars le recrutement de son VP America, Jesse Hurwitz. Il s’agit d’un vétéran du mobile ayant dirigé la BU mobile d’Admeld, SSP racheté depuis par Google, et qui a était jusqu’à maintenant Head of Global Strategy for Mobile Ad Platforms chez Google. (communiqué de presse).

Pour en savoir plus sur Adbrain et sa technologie, visitez leur site www.adbrain.com, leur blog et leur compte Twitter

A propos de Vincent Tessier

Vincent Tessier
VP Demand Partnerships chez adsquare, Audience Management Platform pour mobile. Diplômé de l'ISC Paris et du MBA MCI de l'ILV. Co-fondateur des afterworks MobileDrinks.fr et co-organisateur des conférences AppDays 2015.

Check Also

interview-loopme

Interview Pete O’Mara-Kane, VP Sales de LoopMe

S’il y a bien 3 mots tendances en ce moment, c’est bien video / mobile …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *