jeudi , 16 août 2018

Interview de Vincent Lambert, directeur associé d’Eurelis

Il est bien loin le temps de nos premiers téléphones portables, tels que le Nokia 3310 (qui va ressortir sous peu !!). A cette époque on pouvait (juste) téléphoner et envoyer des sms, et jouer un peu (si, rappelez-vous du Snake !). Aujourd’hui nos Smartphones sont de vrais couteaux suisses et répondent quasiment à tous nos besoins quotidiens. Et le but pour les constructeurs est bel et bien de centraliser le plus possible de fonctionnalités sur un seul et même appareil, voir d’en rajouter à chaque sortie d’un nouveau terminal. Et s’il y a bien une fonctionnalité dont on entend parler depuis quelques temps déjà, c’est celle de la communication sans contact. Et pour ce faire, il existe différents protocoles ou méthodes. Les plus connus sont notamment NFC (Near Field Communication) ou RFID (Radio Frequency Identification). Mais une nouvelle technologie vient se mêler au débat, et elle s’appelle iBeacon. Et c’est Vincent Lambert le directeur associé de la société Eurelis qui va nous la présenter dans l’interview ci-dessous.

Logo_Eurelis

1)Pouvez nous présenter votre société, ainsi que vos métiers, solutions ?

Eurelis est une agence qui existe depuis 2001, et !a fait un peu plus de 13 ans que l’on intervient sur tout le spectre de projets digitaux Nous sommes organisés en deux pôles : un pôle digital, qui couvre les activités de conseils, de stratégies et d’AMOA et un pôle d’engineerie qui prend en charge les aspects plus techniques d’un projet tels que l’architecture, l’implémentation mais aussi les services d’exploitations.

2)Êtes-vous présent à l’international ou seulement en France ?

Nous intervenons essentiellement sur le territoire Français, même si nous accompagnons régulièrement nos clients dans le déploiement de leurs projets à l’international pour la mise en œuvre des produits dans les filiales des groupes avec lesquels nous collaborons.

3)Vous avez récemment mis sur le marché une toute nouvelle solution qui utiliser la technologie iBeacon, développée par Apple, pouvez-vous nous la présenter, et éventuellement nous dire un mot sur la technologie en elle-même ?

Nous n’avons pas à proprement parler, mis en œuvre une nouvelle solution, mais nous avons identifié iBeacon comme un objet technologique intéressant qui faisait sens dans le cadre de nos activités, et qui nous permet de déployer une nouvelle offre de services à destination de nos clients. Dans nos activités, je vous ai parlé du pôle digital et du pôle engineerie, or ils se confondent au sein de ce que nous appelons « Le Lab », qui est une cellule de veille technologique et qui nous permet de détecter en amont les tendances. Et c’est cette cellule qui a identifié iBeacon comme un relai pour nous en termes d’activités et de solutions, notamment pour les opérations de marketing autour du point de ventes, ou d’expression des marques dans le monde réel. iBeacon est vraiment un outil qui va nous permettre d’exploiter le lieu, le monde, comme un nouveau canal digital et de faire parler le web et le monde réel d’une même voix.

4)Pouvez-nous nous parler du marché concernant cette technologie ? Quels sont les clients éventuels ? Les concurrents ? Les fournisseurs ?

C’est un marché relativement naissant, pas mal de start-ups se développent aujourd’hui autour du marché des bornes ou d’applications qui exploitent des bornes, qui ne sont rien d’autres que des émetteurs radio qui nous permettent de géolocaliser un point d’intérêt. On peut donc imaginer facilement l’intérêt que cela peut avoir pour retrouver ses clés ou ses valises. Et c’est autour de ce type de produits et de services que se développent aujourd’hui des start-ups. Sur des marchés plus orientés marketing, c’est plus une histoire d’agences et de construction d’une offre innovante autour de ce que peut proposer une marque à un client.

5)Comment est-ce que vous voyez évoluer ce marché à court/moyen ou même long terme ?

C’est difficile à dire… La plupart des essais en termes de technologie de proximité ont un peu fait long feu, donc nous voyons dans iBeacon la solution qui va permettre de prendre le relais au démarrage plutôt raté de technologies telles que le NFC qui se cantonnent plutôt à des solutions de paiements. iBeacon étant porté par un socle technologique qui est le Bluetooth Low Energy qui se trouve également être au cœur de la révolution des objets connectés.

6)Qu’en est-il de ce marché au niveau international ? Est-il plus mature qu’en France ?

Il a déjà démarré outre-Atlantique, patrie d’Apple, et c’est là-bas que l’on retrouve les premières implémentations d’iBeacon notamment dans tous les Apple Store et dans ce que l’on appelle les « stades connectés » et des premières marques qui commencent à exploiter cette technologie dans le point de vente.

7)Pour terminer, auriez-vous des projets à nous présenter (levée de fonds, ouverture sur l’international) ?

Eurelis est en croissance régulière et constante, et nous fonctionnons sans levée de fonds auprès de banques. Nous avons une structure capitalistique assez classique. Nous sommes en plein développement, donc nos projets se concentrent sur le recrutement de nouveaux collaborateurs essentiellement.

Vincent Lambert, merci de pour cette interview et je vous souhaite une bonne continuation dans tous vos projets.

Je tiens également à remercier Nicolas Capiaux pour la captation de cette interview.

A propos de Mathieu Faure

Mathieu Faure
Mobile Manager Belgium chez Kwanko, spécialiste de la publicité online à la performance. Ancien de Joule WW (agence Mobile de GroupM) et Cellfish Media (leader des contenus mobile premium). Titulaire d'une double-compétence Informatique/Webmarketing et passionné de high-tech.

Check Also

interview-loopme

Interview Pete O’Mara-Kane, VP Sales de LoopMe

S’il y a bien 3 mots tendances en ce moment, c’est bien video / mobile …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *