lundi , 22 juillet 2019

Interview Jean-Vincent Chardon de Has Offers EMEA

 La publicité mobile a mis du temps à décoller, pour expliquer cela on cite souvent le tracking mobile. Quelques start-up s’y sont attelé, c’est le cas de Has Offers (rebrandé Tune il y a quelques jours) avec son produit MobileAppTracking, un des prestataires de tracking mobile les plus connus au monde. Ce type d’outil fait partie de la famille des outils d’analytics, spécialisés sur l’attribution pour répondre à la question :  de quelle campagne viennent mes clients? J’ai le plaisir de vous proposer aujourd’hui l’interview de Jean-Vincent Chardon, Sales EMEA basé à Londres qui nous explique comment le tracking mobile fonctionne, qu’il n’y a pas que Facebook comme source d’acquisition et que Has Offers est la pour durer !

MAT by Tune Logo - jean-vincent chardon has offers

1/ Peux-tu présenter Has Offers ?

HasOffers est une boite créée en 2009 dont le siège social est @ Seattle d’où je reviens tout juste. Lors de notre évènement annuel Postback nous y avons annonce TUNE, notre nouvelle identité corporate dont le but est de clarifier notre positionnement sur le marche et éliminer la confusion entre nos deux produits, HasOffers (sell-side performance marketing white label tracking platform) & MobileAppTracking by Tune (buy-side third party attribution analytics platform for mobile advertisers & their agencies). Lancé début 2011, MobileAppTracking a résolu le problème du tracking des campagnes d’acquisition mobiles sachant que les systèmes traditionnels utilisant des pixels de tracking ne fonctionnent pas dans les apps. Le succès a été immédiat et MobileAppTracking a su convaincre au-delà des apps de gaming et des frontières Americaines. Beaucoup de nos plus gros annonceurs sont en Europe : SuperCell, Spotify, HailO, William Hill, Eurosport, Metronews et bien d’autres références sur le marché Français. Tous utilisent MobileAppTracking pour mesurer d’ou viennent les utilisateurs de leurs apps mais aussi et surtout pour comprendre quelles sont les sources de traffic, payantes ou d’auto promo, qui génèrent le plus de revenus post-install… C’est l’outil indispensable de toute équipe marketing qui ne veux pas dépenser aveuglement et souhaite optimiser ses campagnes de manière à avoir, pour chacune, un ROAS positif (NDLR : ROAS = return on advertising spend).

2/ Vous avez ouvert vos bureaux Européen fin 2013, quel  été l’accueil du marché ?

L’accueil a été phénoménal. Pour avoir travaillé du cote ad network avant ça (NDLR : Tapjoy), je savais que la seule critique de MobileAppTracking etait justement qu’il n’y avait pas de bureaux en Europe. Ayant eu vent de leur intention d’ouvrir des bureaux @ Londres, c’est a ce moment que j’ai rejoint MobileAppTracking pour participer a l’aventure. Ça a facilite pas mal de conversations, notamment avec des annonceurs plus traditionnels pour qui le mobile n’est pas le principal canal de vente.

3/ L’annonce de votre rejet de la plateforme Facebook a été un coup de tonnerre sur le marché, comment avez-vous rebondis ?

Cette décision de Facebook a surtout prouvé que l’écosystème du marketing mobile en 2014 s’est bien renforce ces dernières années et qu’il continue d’évoluer au-delà des cas individuels. Les réactions positives suite a la publication du top 25 des sources de traffic mobile il y a quelques semaines a prouve que les annonceurs ont besoin de diversité des inventaires disponibles. Le récent succès du Twitter App Install program n’est que le début, et un certain nombre d’annonces similaires devrait suivre pour justement répondre a cette demande des annonceurs.

4/ Est-ce qu’on peut dire que vous êtes au mobile ce qu’est un Tag commander ou un Tagman dans l’univers du web ?

Tout comme il n’est pas viable d’installer sur son la version desktop de son site web des dizaines de tags, utiliser un seul outil de tracking mobile est assez logique: une de nos principales raisons d’exister est justement de permettre aux annonceurs d’avoir un seul SDK! Notre cœur de proposition consiste également a de-doublonner les transformations  (1) et offrir un reporting central pour toutes les campagnes mobile d’un annonceur (2). Donc oui, la logique est similaire à ce qu’offre Tag Commander sur le web même s’il existe des différences.

5/ Quel est votre business model?

MobileAppTracking facture toutes les attributions, c’est à dire tous les clics traques, les installations qui en découlent ainsi que les in-app events que nos clients choisissent de mesurer avec nous. En général, seuls les in-app events significatifs dans le tunnel d’acquisition sont mesures: inscription, partage social, level up et bien sur la transfo ultime: in-app purchase / abonnement / commande.

Ce modelé est la conséquence de notre positionnement: nous ne gênerons aucun revenu autre que ceux dérives du tracking là ou d’autres acteurs ont tous au moins une autre source de revenus, que ce soit en utilisant vos données (=retargeting), grâce a un système de commissions avec les sources de traffic (= donc pas neutre) ou en offrant des services connexes (= media buying).

De surcroit, nous avons plusieurs serveurs à travers le monde (Asie, Europe et US), ce qui nous permet d’afficher un up-time supérieur à 99.5%. Notre infrastructure est donc la plus fiable et nous payons un premium pour ca (on utilise Amazon Web Services), mais ça nous permet de supporter nos clients a l’échelle globale.

has-offers-mobile-app-tracking-pricing

6/ Comment fonctionne votre outil de tracking mobile (Device ID, fingerpriting)?

Nous utilisons plusieurs méthodes à la fois ce qui nous permet d’avoir une précision proche de 100%. La grande différence entre MobileAppTracking et tous les autres c’est notre volonté de tout mettre sur la table pour améliorer les standards de la publicité mobile.

Ainsi, notre site de support @ http://support.mobileapptracking.com est en accès libre et nous documentons tout (nous avons une équipe de technical writers). De la même manière, nous venons de lancer un site dédié pour les développeurs ainsi qu’un site de training pour les équipes marketing qui utilisent MobileAppTracking.

7/ Est-ce que vous trackez les installations organiques, c’est-à-dire naturelles ?

Oui. Tout ce qui n’est pas traque tombe dans la catégorie « organic ». Nous voyons donc de plus en plus de clients traquer les campagnes d’auto promo pour mieux en comprendre l’efficacité! Il n’est pas impossible que nous proposions très bientôt un outil de mesure et d’analyse des organic downloads par mot-clef pour offrir à nos clients un tableau complet de l’efficacité de chacune des sources de traffic, qu’elles soient organic ou non-organic (c’est à dire via de la publicité payante).

8/ Quel est votre vision du tracking cross-device, notamment web et mobile?

Le tracking cross-device et même cross-channel est bien entendu quelque chose qui va devenir de plus en plus important. A l’heure ou beaucoup de mobinautes sont suréquipés, il n’est pas rare d’avoir accès a deux voire trois devices pour une même personne, le principal challenge du cross-device ou du cross-channel tracking est de pouvoir reconnaitre un utilisateur qui rentre dans le tunnel d’acquisition par un device mais n’en sort pas forcement par le même. Mais nous ne faisons pas qu’en parler, c’est déjà une réalité pour nos client grâce à ce qu’on appelle l’appariement déterministe des devices qui consiste à corréler la vue ou le click d’une publicité mobile avec l’usage ultérieur d’une application grâce a un identifiant unique de l’utilisateur. Nous supportons trois identifiants que sont l’email utilisateur, le user ID ou username define coté annonceur. Ça marche aussi bien pour les campagnes d’acquisition que pour des campagnes de retargeting. Plus d’infos sur le cross-device sur notre site.

9/ Quels sont vos plans pour 2014 ?

Quelques annonces d’importance ont été faites la semaine dernière dont l’introduction des retention reports, l’arrivée prochaine d’un outil d’analyse des organic installs par mot-clef, remontée des couts media directement dans MobileAppTracking, etc. On a aussi lance un site de training pour les utilisateurs de MAT: http://mobileapptracking.com/training/ ainsi qu’un site dédie aux développeurs @ http://developers.mobileapptracking.com. La plus importante annonce a noté est justement de ce cote puisqu’une solution de tracking mobile SANS SDK pour les annonceurs qui ne veulent / peuvent pas installer de SDK a été rendue publique http://developers.mobileapptracking.com/measurement-api/

Il y a pas mal d’annonces à venir donc soyez surs de nous suivre sur Twitter @MobileAppTrack

ndlr : je vous invite à suivre le blog d’Has Offers, souvent pertinent et utile.

Et vous, comment trackez-vous vos investissements mobile?

 

A propos de Vincent Tessier

Vincent Tessier
VP Demand Partnerships chez adsquare, Audience Management Platform pour mobile. Diplômé de l'ISC Paris et du MBA MCI de l'ILV. Co-fondateur des afterworks MobileDrinks.fr et co-organisateur des conférences AppDays 2015.

Check Also

interview-loopme

Interview Pete O’Mara-Kane, VP Sales de LoopMe

S’il y a bien 3 mots tendances en ce moment, c’est bien video / mobile …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *