mercredi , 26 avril 2017

Interview de Jean Canzoneri, CEO d’Ogury

On a des idées en France, et des entrepreneurs pour les exécuter. Après l’aventure desktop vidéo de Beead, Jean Canzoneri réitère en s’attaquant au mobile avec une nouvelle start-up appelée Ogury basée à Londres dès son ouverture. Après 2,1M$ levé en 2014, Ogury vient d’annoncer une nouvelle levée de 3,4M$ en Mai 2015 auprès de ACG, CoVent Partners et Ventech. La société de ciblage technologique possède aussi son propre network et semble obtenir les faveurs des agences médias et des annonceurs. Je vous propose d’en savoir plus et d’en comprendre les raisons avec l’interview de son fondateur.

logo ogury

jean-canzoneri-ogury1/ Peux-tu nous présenter Ogury?

Ogury est la solution la plus précise de targeting mobile, nous récoltons nous-même une data complète et ultra granulaire ce qui nous permet d’être systématiquement parmi les « best performers » des plans medias. Ogury c’est aussi plus de 150 Millions de profils disponibles, plus de 1 500 applications pluggées et une audience dans 120 pays.

2/Pourquoi se concentrer uniquement sur l’environnement Android?

Android a aujourd’hui une part de marché écrasante entre 65% et 75 %, nous avons préféré nous concentrer (pour le moment) sur la qualité de notre techno sur une seule plateforme plutôt que devoir maintenir deux plateformes ce qui peux être dispersif, couteux et compliqué.

3/ Comment avez-vous réussir à construire votre réseau de développeurs en si peu de temps?

Rien de magique, nous proposons une pub ultra ciblée avec de meilleures performances aux annonceurs, ce qui nous permet de mieux rémunérer les app developpeurs versus la moyenne des autres solutions qui se contentent très souvent de « bombarder » des créas en low cpm sans capping. De plus, nous avons également plus de 30 Publishers managers qui expliquent les avantages de notre offre à des centaines de développeurs d’application par mois.

4/ Sur quels formats travaillez-vous? Comptez vous innover sur cette question?

Le format nous importe peu et n’est plus pour nous un facteur d’innovation, nous avons  un ciblage et une data unique et c’est là que réside notre force.  C‘est l’annonceur qui décide quel format il veut pousser pour sa campagne. Notre format est un HTML 5  modulable à l’infini selon ses besoins  (video, génération de traffic, animation).

5/ Qu’est ce qui t’a étonné en arrivant sur le marché anglais par rapport à notre marché français?

Ogury est un boite anglaise, nous sommes plutôt arrivés sur le marché français 🙂 Mais pour répondre à ta question le marché anglais (si tu gommes les différences culturelles, propres  à chaque pays) n’est pas vraiment diffèrent du français … c’ est quasi les mêmes Players avec les mêmes offres. Peut-être un peu plus de players locaux dû à la grande taille du marché.

6/ Vous proposez de l’installation d’app sans passer par les store d’app, comment cela fonctionne t-il?

Nous ne faisons pas du tout d’install d’app sans passer par les stores … ! Il peut arriver que nous proposions sur certaines de nos campagnes la possibilité à l’internaute de « bookmarker », s’il le souhaite, en un clic la landing page de l’annonceur, pour y retourner plus tard. C’est un marque-page initié par le mobinaute… car parfois sur le mobile ce n’est pas le bon moment pour consommer un contenu (dans la rue, le métro…)  le marque-page permet à l’utilisateur de retrouver le contenu plus tard s’il le souhaite.

7/ Comment gérez-vous le risque de rémunérer au CPM et de vendre au CPC?

En faisant notre travail, en ultra ciblant. Nous sommes alignés avec l’annonceur, si nous ciblons mal nous perdons de l’argent.

8/ Quels sont les premiers feedback de vos éditeurs?

Le meilleur feedback de nos éditeurs, c’est plus de 1500 app pluggées en 1 an avec un taux de churn de moins de 1 % 🙂

9/ Est-ce que le tracking des apps installées sur un device par votre SDK est accepté par Android? Quelle est la position des éditeurs sur ce point?

Android a vraiment été pensé pour offrir un meilleur service à ses users en donnant accès à plus d‘intelligence aux éditeurs d’apps et à leurs partenaires. D’ailleurs Twitter, Facebook ou Google eux-mêmes exploitent également ce type de data pour offrir un meilleur service à l’utilisateur. Mais attention, tout est bordé et encadré, les prestataires utilisant de la data doivent le faire en suivant des règles très strictes de protection de l’utilisateur : utilisation de AAID (identifiant anonyme, non permanent, géré par android), ne remonter aucune information personnellement identifiable, et demander un double opt-in clair à l utilisateur + possibilité d’opt out à tout moment. De plus google fait respecter ses règles en analysant à là volée des millions d’app/jours et en excluant celles peu scrupuleuses.

10/ Quels sont vos projets pour 2016? Ouverture de bureaux, des recrutements, produits?

Nous avons ouvert 3 pays en moins d’un an, 2 autres vont être ouverts d’ici la fin d’année. Nous sommes une soixantaine et devrions approcher les 90 en 2016 dont  environs 40 ingénieurs travaillant sur la suite. Je ne souhaite pas encore communiquer sur celle-ci mais elle s’inscrira dans le même état d’esprit, innovant et performant, du produit déjà lancé.

Pour en savoir plus, ogury.co

A propos de Vincent Tessier

Vincent Tessier
VP Demand Partnerships chez adsquare, Audience Management Platform pour mobile. Diplômé de l'ISC Paris et du MBA MCI de l'ILV. Co-fondateur des afterworks MobileDrinks.fr et co-organisateur des conférences AppDays 2015.

Check Also

thumbnail-smartappli nicolas clairembault

Interview de Nicolas Clairembault, CEO de Smartappli

Quand on vous dit que la France n’a pas à rougir en termes de start-up …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *